Dit en passant

Un poème



[IMAGE]


Traduction: Francesca Benedict


Personne ne le croit et il sourit.
Il dit: "Je cherche la mort".
Il pense à lui, à Ruiz,
sans culpabilité et sans gêne aucune.

Pourqui craindre le vulnérable néant?
Pour qui inventer des reproches?
C'est si sage.

Celui-lá, Ruiz, est comme fatigué,
endormi, de l'inutile et vaine illusion,
las de dormir dans un songe éternel
(comme l'amour voué à sa femme,
comme la félicité qu'il désire pour ses enfants).

Et il ne se ment pas.
Il goute la morsure du rasoir
sur sa gorge
et imagine longement la goutte de sang
et les suivantes, nombreuses,
s'echappant de son cou,
de ses poignets
comme des écoliers les jours de classe.

Intérieurement, Ruiz sourit
victorieux et satisfait.
Il a inventé les dimanches.


Copyright © 1996 Bernardo Ruiz